Développement du commerce électronique

L'état de préparation du Bénin en évaluation

Cotonou accueille depuis ce mardi 08 octobre 2019 les travaux de l'évaluation rapide de l'état de préparation du Bénin au Commerce Electronique. La ministre en charge du Numérique et de la Digitalisation a officiellement ouvert les travaux.

« Etablir un diagnostic de l’écosystème du commerce électronique, identifier les enjeux et opportunités liés au numérique pour le Bénin et définir des recommandations et une matrice d’actions prioritaires à mettre en place afin d’accélérer son développement numérique… ». Voilà les principales missions assignées aux travaux de "l'évaluation rapide de l'état de préparation du Bénin au Commerce Electronique".

Ce qui est évident et dans son allocution d’ouverture officielle, la ministre en charge du Numérique et de la Digitalisation a rappelé l'ambition du Gouvernement du Président Patrice TALON qui est de rendre l'économie du Bénin forte, et sa digitalisation profonde. Pour y arriver, plusieurs actes sont déjà palpables. Notamment la promulgation du Code du Numérique et la ratification de la Convention sur la Reconnaissance des contrats électroniques.

Pour Aurélie Adam Soulé ZOUMAROU,  le Président Patrice TALON a, entre autres objectifs phares, l’ambition « d’utiliser les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) comme catalyseur de dynamique économique et de modernisation du Bénin pour l'accélération de la croissance économique et l'inclusion sociale d'ici à 2021 ». Ce qui se traduit par la mise en place de conditions optimales pour une économie numérique forte et pérenne. Et consciente de l’importance du numérique dans les échanges commerciaux, elle estime que l’appui du programme de la CNUCED est capital. Car, il permettra « d’évaluer nos capacités, en prenant en compte notre environnement technologique, le cadre politique et institutionnel ainsi que leurs applications ». Et grâce l’aide de la CNUCED et des partenaires au développement, il sera aisé « d’identifier les points à améliorer, de travailler notre plaidoyer auprès des parties prenantes et de mettre en œuvre les recommandations visant à faire du Commerce Electronique un outil de développement efficace ».

 

Phénomène planétaire incontournable

Convaincue de la richesse des échanges, le Ministre du Numérique et de la Digitalisation précise qu’ils contribueront à faire du Commerce Electronique au Bénin « une référence dans la sous-région et un outil majeur de croissance économique ».

Pour sa part, la représentante de la Conférence de Nations-Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED) a d’entrée rappelé que la digitalisation est un phénomène planétaire qui s’impose à tous les pays. Ceux qui ne vont pas s’y accommoder resteront à quai. Car, l’accès au numérique devrait permettre aux Pays les Moins Avancés (PME) d’accéder directement au commerce mondial, de créer de nouveaux emplois et de développer des compétences nouvelles. « Il importe donc d’adopter des cadres généraux, réglementaires et institutionnels qui soient cohérents et adaptés à ces nouveaux enjeux. Le développement des compétences humaines pour exploiter le potentiel offert par le Commerce Electronique est aussi essentiel. Avec sa croissance démographique importante, le numérique pourrait offrir à l’Afrique un terreau fertile d’emplois…, a renchéri Mme Cécile Barayre El-Shami.

Pour l’experte du CNUCED, les « stratégies et politiques nationales sur le E-Commerce, les infrastructures et services TIC, la logistique et facilitation du commerce, les solutions de paiement, le cadre juridique et règlementaire, le renforcement des compétences en TIC et l’accès au financement, notamment pour les Petites et Moyennes Entreprises (PME) » sont les sept axes prioritaires nécessaires au développement du Commerce Electronique.

 

Des femmes chefs d’entreprise formés

A l’en croire, les discussions devraient représenter « la 1ère étape d’un dialogue public-privé essentiel pour renforcer les synergies et accélérer le développement du commerce électronique et de l’écosystème numérique au Bénin ».

Portant la parole de Mme Shadiya Alimatou ASSOUMAN, Ministre de l’Industrie et du Commerce absente, le Secrétaire Général dudit Ministère a remercié toutes les parties prenantes pour leur sollicitude. Amzat SALAMI a estimé que le timing de la tenue des travaux coïncide avec la lutte contre la pauvreté au Bénin et la restriction budgétaire pour les partenaires au développement et pour le monde entier en raison de la crise monétaire et financière. Pour lui, les pays développés ont su exploiter le potentiel du numérique dans le processus de leur croissance et stabilité économiques. Malgré les nombreux goulots d’étranglement, le SG/MIC a souhaité que les PMA profitent du soutien des organismes comme la CNUCED pour se hisser au rang des pays émergents dans le domaine du E-Commerce. Le Ministère de l’Industrie et du Commerce dans son élan d’anticipation, a déjà fait former dans le domaine du Commerce Electronique, par le biais du programme du Cadre Intégré Renforcé (CIR), plus de 500 femmes chefs d’entreprise sur le E-Commerce. Et si au terme des travaux le Bénin se dote d’une stratégie pour le commerce électronique, facilite l’intégration des activités des opérateurs économiques béninois dans le Commerce Electronique, accompagne la digitalisation des produits Made in Benin, fait en sorte que les jeunes et les femmes exploitent au mieux le Commerce Electronique pour promouvoir le commerce exclusif et durable, Amzat SALAMI estime qu’il aura réussi son exercice. Il a assuré les uns et les autres de la disponibilité de son département ministériel à jouer pleinement sa partition, et que les résultats issus des échanges seront judicieusement exploités.

Pour les trois jours que vont durer les travaux, plusieurs discussions thématiques seront mises à contribution en vue de l’atteinte des objectifs fixés.

Rappelons que dans l’espace UEMOA, le Bénin est le 4ème pays à se faire évaluer après le Togo, le Burkina Faso et le Sénégal. Le Niger, le Mali et la Côte d’Ivoire étant les prochains candidats sur la liste

 

 PF Com/MIC