Indications géographiques Protégées

L’Ananas pain de sucre, le Gari sohoui de Savalou et l’Huile d’arachide d’Agonli : Trois (03) produits béninois reconnus en Indication Géographique par l’OAPI

Annoncés depuis quelques semaines, les produits pilotes du Bénin en indications géographiques sont enfin reconnus. La cérémonie officielle a eu lieu ce lundi 14 octobre 2019 à Cotonou

C’est désormais une réalité. Depuis ce lundi 14 octobre 2019, l’Ananas pain de Sucre, le Gari Sohui de Savalou et l’Huile d’Arachide d’Agonlin, trois (03) produits agricoles du Bénin, ont leurs Indications Géographiques. La cérémonie officielle de reconnaissance s’est tenue à Cotonou en présence plusieurs personnalités du monde commercial et agricole, des Directeurs Adjoints de l’OAPI et de l’AFD, des élus locaux, et surtout du ministre en charge de l’Agriculture et celle de l’Industrie et du Commerce.

Pour Mme Shadiya Alimatou ASSOUMAN, cette cérémonie de consécration de trois produits béninois est très importante et revêt un intérêt singulier pour le peuple béninois. L’Ananas pain de sucre, le Gari Sohui de Savalou et de l’Huile d’arachide d’Agonlin sont des produits typiquement béninois, ayant chacun son histoire, et constituant des sources de rentrées d’argent et de création d’emplois au Bénin. Pour elle, « l’amélioration de la qualité, la limitation de la fraude, le développement des marchés nationaux et internationaux, l’amélioration du prix sur le marché national, l’amélioration de la gestion des matières premières et l’augmentation du revenu des producteurs…» sont, entre autres, les impacts attendus de la mise en place d’Indications Géographiques. Dès lors, le Gouvernement du Président Patrice Talon qui donne une place très importante aux filières agricoles en créant des pôles régionaux de développement agricole et de la promotion des filières agricoles ne peut exprimer que son implication, sa disponibilité et l’expertise du personnel du MIC. Mme Shadiya A. ASSOUMAN a souhaité que, pour une meilleure efficience des stratégies à mettre en place, les actions soient concertées. « C’est dire donc qu’ériger ces produits en Indications Géographiques Protégées permettra à la fois de développer le tissu socioéconomique et d’embrailler sur des perspectives intéressantes pour d’autres secteurs tels que le tourisme, les savoirs traditionnels, la biodiversité et la lutte contre l’exode rural… », renchérit-elle. La 1ère Vice-Présidente du Comité National de Mise en place des Indications Géographiques (CoNaMP IG) a remercié l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) et l’Agence Française de Développement (AFD) pour leurs soutiens respectifs.

 

Le Bénin a beaucoup à gagner

Mais avant, Maurizio CASCIOU de l’AFD a expliqué que le Projet d’Appui à la Mise en place de la Promotion des Indications Géographiques en Afrique (PAMPIG) est à sa 2ème phase et permet de positionner de nouveaux produits africains, dont trois (03) du Bénin. Ce qui fait suite au succès enregistré par trois (03) produits lors de la première phase. Notamment le Poivre de Penja et le Miel d’Oku au Cameroun, le Café de Ziama Macenta en Guinée. Il a mis les producteurs, transformateurs et négociants devant leurs responsabilités. Car, « la mise en place d’une indication géographique représente un réel défi à la fois pour les institutions, pour les producteurs et les différents maillons de la chaine de valeur concernée… Et « ce n’est pas le PAMPIG, l’OAPI ou l’AFD qui le fera » à leur place. Car, les Indications Géographiques constituent la fierté des régions dont elles portent les noms.

Pour Gaston DOSSOUHOUI, Président du CoNaMP IG, plusieurs efforts au plan institutionnel, technique, financier etc. sont faits et laissent entrevoir de meilleures perspectives. Surtout que les appuis des autres bailleurs, notamment la Banque Mondiale, la CNUCED ne font pas défaut.

Selon Jean-Baptiste WAGO, Directeur Général Adjoint de l’OAPI, le Bénin a beaucoup à gagner dans les Indications Géographiques, parce qu’il va vendre et promouvoir son identité à travers les produits du terroir. Il va aussi se positionner dans le commerce international, sécuriser, garantir la qualité et l’identité du produit. A l’en croire, la reconnaissance en Indications Géographique de l’Ananas pain de Sucre, du Gari Sohui de Savalou et de l’Huile d’Arachide d’Agonlin ne sont qu’une étape. Beaucoup d’autres produits du Bénin sont encore sur la liste. Car, le Bénin regorge de produits de qualité qui méritent d’être labélisés.

Notons qu’au cours de cette cérémonie de lancement, il y a eu une conférence inaugurale assurée par Michel GONOMY de l’OAPI. Il a insisté sur l’intérêt des pays à opter pour les Indications Géographiques afin de faire profiter leurs ressortissants, et de valoriser les produits de terroir.

Les manifestations ont pris fin avec la visite des stands où les produits dont il est questions sont exposés et servis pour en apprécier le goût et la qualité.

Il faut dire qu’un atelier de deux jours s’ouvre sur le sujet dès ce mardi 15 octobre 2019 à l’INFOSEC de Cotonou.

 

 PF COM/MIC