Situation dramatique du COTEB

Le Gouvernement opte pour la liquidation totale (Les députés soutiennent la décision, mais…)

La Ministre de l’Industrie et du Commerce (MIC) était devant la représentation nationale à Porto-Novo. Ce jeudi 16 janvier 2020, elle a présenté de façon explicite la position officielle du Gouvernement en ce qui concerne la situation préoccupante du Complexe Textile du Bénin (COTEB SA).

Englué dans ces difficultés actuelles, le Complexe Textile du Bénin (COTEB SA) qui est une société d’économie mixte va être purement et simplement liquidé. C’est la position du Gouvernement qui en est d’ailleurs l’actionnaire majoritaire avec la SONAPRA pour un montant de 1.080.000.000 FCFA. Soit 54% des actions. Le reste des actionnaires étant le Groupe ICA, BOAD, Bank of Africa Bénin, ECOBANK et autres particuliers.

 

Des réponses claires et explicites

Cette information a été portée aux Députés de la 8eme Législature par la Ministre Alimatou Shadiya ASSOUMAN. C’était ce jeudi 16 janvier 2020 à Porto-Novo.

En effet, la représentation nationale a interpellé le Gouvernement sur la situation critique COTEB SA de Parakou. Soutenu par 30 de ses collègues, le Député Rachidi GBADAMASSI a été l’auteur d’une question orale avec débats. Il s’est agi d’avoir des clarifications sur la situation actuelle que traverse le Complexe, les possibilités pour sa réhabilitation, le sort des employés en cas de liquidation, et la garantie pour Parakou de ne pas perdre cette industrie textile au cas où il faut la refaire sous une autre forme.

C’est donc pour répondre à ces préoccupations que Mme le Ministre de l’Industrie et du Commerce a effectué le déplacement de Porto-Novo. Sans détour, elle a démontré que la situation économique de ce complexe textile est tellement désespérée qu’il n’est plus possible de tenter quoi que ce soit pour le sauver. « La situation du Complexe telle que je l’ai décrite plus haut ne permet d’envisager aucune mesure pertinente pour sa conservation… », dit-elle. Mais avant, Mme Alimatou Shadiya ASSOUMAN a expliqué les difficultés du COTEB SA qui ne lui permettront pas de ressusciter. De la vétusté des installations de production au jugement de décembre 2018 du Tribunal de 1ère instance de 1ière classe de Parakou ayant constaté la faillite et ouvert la procédure collective de liquidation de ses biens, en passant par les dettes colossales, les résultats d’audits alarmants, l’Assemblée Générale des actionnaires etc., aucun aspect n’a été laissé au hasard. Mieux le Syndic mis en place pour la liquidation est contraint de prioriser les droits des employés dans cette opération inéluctable.

Tenir compte du social

Il faut préciser qua l’auteur de la question orale a exprimé son insatisfaction pour les réponses apportées. Mais, il a félicité le Gouvernement pour sa disponibilité à prioriser Parakou en cas de mise en place d’une autre industrie textile. « … Toutefois, le Gouvernement est disposé à accompagner toutes les initiatives d’installation de nouvelles usines textiles à Parakou à travers les mesures incitatives du Code des investissements… », avait effectivement rassuré la MIC.

Pour leur part, la plupart de députés qui sont intervenus ont loué le courage du Gouvernement du Président Patrice TALON, et l’ont même encouragé à aller jusqu’au bout de sa logique. Cependant, ils ont demandé que l’aspect social de la liquidation soit traité avec beaucoup de rigueur et de cœur afin que les employés, déjà en situation d’extrême détresse, trouvent enfin leur compte. Aussi, certains Députés ont-ils souhaité que la question de l’industrie textile soit prise au sérieux par le Gouvernement. Car, il est inconcevable que le Bénin qui occupe désormais le 1er rang en Afrique pour la production du coton n’ait aucune industrie textile sur place pour la transformation, ont-ils déploré.

Selon la procédure parlementaire, les nouvelles préoccupations des Députés sont enregistrées par la représentante du Gouvernement. Les réponses par écrit sont donc attendues très prochainement au Parlement.

 

PF COM/MIC