Relogement des femmes des marchés en construction au Bénin Malgré des désagréments, la MIC apporte désormais espoir et réconfort

(Le Bénin opte pour la modernisation des infrastructures marchandes)

Du 11 au 15 août 2020, la Ministre de l’Industrie et du Commerce (MIC) a effectué une tournée sur les sites de relogement des femmes des marchés urbains et régionaux en construction. Une descente-immersion qui a permis de voir de visu les réalités vécues, mais aussi de recueillir les préoccupations pour y apporter des réponses appropriées et des informations utiles.

Sous l’impulsion et la vision éclairée du Chef de l’Etat, le Gouvernement béninois a entrepris la construction de plusieurs infrastructures marchandes modernes dans les communes du Bénin. Pour une première tranche, 23 marchés urbains et régionaux sont en cours de construction. Ce qui oblige les femmes vendeuses et tous autres usagers de connaitre un déplacement et un relogement partiel afin que les travaux de construction se passent dans de bonnes conditions. Car, la plupart des nouveaux marchés sont en reconstruction sur les mêmes sites.

 

Des échanges directs et fructueux

Dans ces conditions, il n’est pas évident que le processus de relogement se passe sans désagrément pour les personnes concernées. Et c’est d’ailleurs pour cette raison évidente que la Ministre de l’Industrie et du Commerce (MIC) a décidé de descendre sur les sites de relogement. Un périple de cinq (05) jours qui a conduit successivement la délégation ministérielle dans les villes de Cotonou, Porto-Novo, Djougou, Natitingou, Glazoué et Abomey. Sous le guide éclairé de chaque Directeur Départemental de l’Industrie et du Commerce territorialement compétent, la méthode d’approche a été presque efficiente. Après une visite de courtoisie et des échanges fructueux avec l’autorité préfectorale concernée, la Ministre Alimatou Shadiya ASSOUMAN, très souvent accompagnée des responsables municipaux, se rend dans les marchés. Notamment ceux qui accueillent provisoirement les vendeuses et vendeurs délogés des marchés en reconstruction. A chaque fois, il y a eu des échanges directs avec les femmes sur leurs lieux de commerce. Ensuite, selon les circonstances et en présence des autorités municipales, une séance de travail est organisée avec les responsables des marchés pour mieux appréhender leurs problèmes afin d’y apporter des réponses subséquentes.

Grosso modo, les préoccupations sont presque les mêmes. Problème de mévente liée au changement de sites, et parfois à l’entêtement de certaines vendeuses à rester aux abords des grandes voies principales pour exercer leurs activités commerciales. Et pourtant, elles sont attributaires de places laissées inoccupées. Il y a aussi l’insécurité, l’hygiène, l’éclairage public etc... On a également noté que des sites n’ont pu absorber toutes les femmes délogées et officiellement recensées. Les autorités municipales ont souvent expliqué tout ce qui se fait pour y trouver des solutions avec la mise à disposition prochaine d’autres sites complémentaires en cours de viabilisation.

 

Offrir des conditions aisées et attrayantes

Toutefois, le constat fait est que le port de masque et le respect des mesures barrières ne sont pas systématiques dans la quasi totalité des marchés visités.

Les interventions de la Ministre ASSOUMAN ont été souvent pédagogiques. Après avoir présenté la vision du Gouvernement du Président Patrice TALON qui consiste à rendre les marchés modernes et à offrir à tous ses usagers les conditions optimales pour une activité commerciale aisée et attrayante. Elle a présenté les avantages à s’installer selon les familles de produits. Ainsi, celui qui vient au marché pour acheter des pagnes, des céréales ou des condiments par exemple doit savoir où aller rapidement pour ne pas se disperser et perdre du temps. Et vendeuses et clients, tous trouveront leur compte, a-t-elle souvent expliqué. La Ministre en charge du commerce a toujours rassuré ses interlocutrices de ce que le bout du tunnel n’est plus loin. Encore quelques mois de sacrifice pour un confort en milieu de commerce assuré, retient-on de ses exhortations.

La Ministre ASSOUMAN ne s’est pas non plus privée de la curiosité d’aller voir les sites en reconstruction. Ce qui a permis de constater que les chantiers avancent. Notamment ceux de Glazoué et d’Abomey qui sont les plus avancés.

Notons que la tournée qui a pris fin ce week-end a connu la participation remarquée de Micaël BASSABI-DJARA et Armelle KANHONOU, respectivement Directeur de Cabinet et Conseillère Technique chargée des Projets et Partenariats.

 

PF Com