Commercialisation d'eau en sachets plastiques

La DDIC Ouémé-Plateau sensibilise les producteurs de Porto-Novo sur les bonnes pratiques

La Direction Départementale de l'Industrie et du Commerce de l’Ouémé et du Plateau (DDIC-OP) a accueilli, ce jeudi 24 juin 2021, une importante séance de sensibilisation sur la commercialisation des sachets d’eau non biodégradables. Les producteurs de Porto-Novo sont désormais édifiés sur les bonnes pratiques.

Se conformer à la réglementation en vigueur et surtout préserver la santé des populations de Porto-Novo et environs. Telle est la motivation de la Direction Départementale de l'Industrie et du Commerce de l’Ouémé et du Plateau (DDIC-OP) qui a organisé, ce jeudi 24 juin 2021, une séance de sensibilisation sur la commercialisation des sachets d’eau non biodégradables au profit des opérateurs économiques de ladite localité.

Nul n’ignore aujourd’hui que l'utilisation des sachets plastiques constitue un danger pour l'environnement. C'est donc pour corriger le tir que la loi N°2017-39 du 24 juin 2017 portant interdiction de la production, de l'importation, de l'exportation, de la commercialisation, de la distribution et de l'utilisation de sachets en plastiques non biodégradables en République du Bénin a été votée par l’Assemblée Nationale. Mieux, en toute chose et avant la répression, il faut la phase de sensibilisation. Appolinaire TOGBADJI, Directeur Départemental de l'Industrie et du Commerce Ouémé-Plateau, s'est inscrit dans cette dynamique en organisant ladite rencontre de sensibilisation avec les Opérateurs Economiques, producteurs d'eau en sachets plastiques non biodégradables de la ville de Porto-Novo. Cette séance tenue sur les implications de la loi 2017 N°2017-39 du 24 juin 2017 a été une véritable tribune d’échanges fructueux. L’occasion est saisie par le DDIC-OP pour démontrer les risques sanitaires et environnementaux auxquels les populations sont exposées en utilisant les sachets plastiques non biodégradables. Il a également attiré l’attention des participants sur les éventuelles sanctions prévues par la même loi et encourues par les contrevenants. Car, la phase répressive va commencer bientôt, prévient-il.

Sans détour, les Opérateurs Economiques, producteurs d'eau en sachets plastiques de la ville de Porto-Novo présents à la séance ont marqué leur accord pour le respect de la réglementation en vigueur. Toutefois et par la voix de leur porte-parole, ils ont souhaité que le Gouvernement fasse l'effort pour que les produits de substitution soient suffisamment disponibles et à bon prix avant le démarrage de la phase de répression. 

 

 DDIC-OP