Mois du Consommons Local

Les acteurs de la chaine de valeurs rassurés sur les possibilités de financement

La 2ème édition du Mois du Consommons Local suit son cours normal. Ce vendredi 22 octobre 2021 à la Chambre de Commerce et d’Industrie du Bénin (CCIB), la question de financement du secteur des produits locaux a été abordée au cours d’un panel co-présidé par deux (02) ministres du gouvernement.

« Rôle des acteurs financiers dans le financement de la consommation locale de différentes économies ». Voilà le thème central du panel consacré à ce maillon important de la chaine de la consommation locale au Bénin.

Après l’état des lieux sur le financement, le dispositif technique et financier du gouvernement pour limiter les risques des investisseurs et les opportunités d’investissements en faveur de la consommation locale ont été présentés.

C’est d’abord le Ministre-Conseiller aux investissements du Chef de l’Etat qui a dévoilé le dispositif mis en place par le gouvernement béninois pour amoindrir les risques et rassurer les investisseurs. Pour Hamet AGUEMON, le Programme d’Actions du Gouvernement (PAG II) comporte d’énormes financements qui doivent aller vers tous les secteurs de la vie économique et sociale. Les industriels qui peuvent être associés au processus sont identifiés, et un travail sérieux se fait pour contenir les risques d’investissements. Car, « l’Etat est dans la dynamique où il faut transformer les produits locaux… ». Donc, il est important de changer de paradigme, puisqu’il est essentiellement question de développement durable.

Dans son intervention, la Ministre de l’Industrie et du Commerce a fait le constat que le Bénin est aujourd’hui face à un défi important : celui de la compétitivité de ses produits sur le marché.

 

Travailler pour des produits de qualité

A en croire Madame Alimatou Shadiya ASSOUMAN, même si la Covid-19 a révélé beaucoup de faiblesses régulièrement corrigées, « tout passe par l’investissement ». Et pour avoir des produits de qualité et à moindre coût, il faut des infrastructures basiques que le Bénin s’évertue à mettre en place. Notamment la disponibilité de l’énergie (courant, carburant…), les compétences à travers la création de plusieurs lycées agricoles etc. Tout ceci devant concourir par ailleurs à la bonne qualité des matières premières. Par conséquent, elle a invité les investisseurs à s’impliquer également dans la recherche-développement, et surtout à aider à l’identification du potentiel béninois à travers des études.

Dès lors, la Ministre ASSOUMAN a rassuré que des études sérieuses existent au Bénin et restent disponibles pour aider les investisseurs.

Les échanges ont permis de constater que plusieurs porteurs de projets agricoles et autres sont régulières financés (déjà plus de 4 milliards F CFA pour 48 entreprises), et que des fonds sont toujours disponibles à cet effet.

Pour Madame Françoise PARAISO du Fonds National pour le Développement Agricole (FNDA), son institution financière est mise en place par le gouvernement béninois aux fins d’apporter des solutions efficaces pour lever les goulots d’étranglement au développement du secteur agricole.

Pour sa part, Madame Bastatou SAKA de la Banque Internationale pour l’Industrie et le Commerce (BIIC) qui est une institution financière privée partenaire du FNDA, a informé que des mécanismes sont mis en place pour l’accompagnement du secteur agricole en particulier, et de l’économie en général.

C’est donc à juste titre que la plupart des participants ont compris qu’un écosystème bancaire rassurant existe, et qu’il est sérieusement soutenu par l’Etat béninois. Ce qui augure de belles perspectives pour la mutualisation et la sécurisation des sources de financement.

Rendez-vous est pris pour le 29 octobre 2021 pour la clôture officielle de la 2ème édition du Mois du Consommons Local. Même si cette prise de conscience patriotique doit désormais rentrer dans les habitudes quotidiennes de tous.

 

 PF Com MIC