61ème Session du Conseil d'Administration de l'OAPI

Les assises de Cotonou pour un mieux-être de l'Organisation

Depuis quelques jours, Cotonou accueille les travaux de la 61ème session ordinaire du Conseil d’Administration de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI). La cérémonie d'ouverture qui s'est déroulée au Palais des Congrès de Cotonou le vendredi 10 décembre 2021 a été présidée par le Ministre d’État Abdoulaye BIO TCHANE. Une rencontre statutaire qui fait suite à la réunion des Experts démarrée depuis le 03 décembre, et qui a pour objectif de préparer les travaux de ladite session.

C'est d'ailleurs le Ministre béninois de l'Industrie et du Commerce qui a eu le privilège de souhaiter la bienvenue à ses illustres hôtes venus à Cotonou pour remettre l'institution panafricaine sur de bons rails. Madame Alimatou Shadiya ASSOUMAN, Présidente en exercice du Conseil d’Administration de l'OAPI, a rappelé les nombreuses péripéties et les zones de turbulence traversées par l'institution. Mais la préservation du leg historique du modèle unique que constitue l'OAPI doit rester la seule motivation, selon elle. Toutefois, elle a rappelé la mission assignée à la 61ème Session qui est d'examiner les rapports d'activités du Directeur Général de l'OAPI et des structures nationales de liaison au titre de l'année 2020, celui du Contrôleur financier, l'état d'avancement des mécanismes de financement et de l'innovation technologique, la révision de la grille des taxes aux marques, dessins, modèles industriels et indications géographiques, la modification du Règlement Intérieur du Conseil d’Administration, la Charte d'audit de l'OAPI ...etc. Elle a remercié les uns et les autres pour leur disponibilité et souhaité un heureux aboutissement des travaux.

Pour sa part, le Directeur Général par intérim de l'OAPI a mis l'accent sur les différentes activités et programmes exécutés conformément au plan stratégique 2018-2020 de l'institution. Il s'agit des activités de production, de l'utilisation stratégique de la propriété intellectuelle, des outils modernes de communication, la valorisation des produits du terroir et de l'artisanat ...etc. Monsieur Jean-Baptiste WAGO a loué la mobilisation de tous, malgré la survenue de la pandémie liée à la Covid-19. Car, l'OAPI a su maintenir sa dynamique, même s'il est impérieux de trouver d'autres stratégies pour développer sa capacité de résilience. Encore que l'avènement de la Zone de Libre-Échange Continentale Africaine (ZLECAF) l'oblige à trouver les moyens de jouer un rôle de pilier dans le commerce intra-africain.

Quant à Madame Françoise EKANI, Présidente de l’Association des Mandataires Agréés de l'OAPI, elle a saisi cette opportunité pour présenter un long chapelet de récriminations, et soumis des doléances à l'endroit de l'institution afin que le malaise ne s'installe véritablement dans leur organisation.

Enfin, le Ministre d'État chargé du Développement et de la Coordination de l'Action Gouvernementale, représentant le Chef de l'État a, avant de lancer les travaux, mis le doigt sur la faiblesse des demandes de brevets d'inventions venues ressortissants des pays membres de l'OAPI. Car, selon Abdoulaye BIO TCHANE, plus de 75% viennent de l'étranger. Ce qui interpelle sérieusement. Dès lors, il a rappelé que l'OAPI doit, entre autres missions, encourager la créativité et le transfert de technologie par le système de la propriété intellectuelle, créer les conditions favorables à la valorisation des résultats de la recherche et d'exploitation des innovations technologiques par les entreprises de la sous-région ...etc.

Aussi, la valorisation des produits du terroir tels que l'ananas pain de sucre du plateau d’Allada, le Gari Sohoui de Savalou et l'huile d'arachide d'Agonli du Bénin qui sont au programme de la 2ème phase pour leur reconnaissance en Indication Géographique a-t-il été recommandé. Il n'a pas non plus oublié les initiatives du Bénin, à l’instar des autres pays membres de l'OAPI qui participent à la consolidation et la promotion de l'innovation technologique. Le Ministre d’État Abdoulaye BIO TCHANE a cité Sèmè-City, le Programme de Développement Economique basé sur l'innovation technologique. Ce qui traduit l'ambition du Bénin de devenir un HUB technologique dans la sous-région à l'image du Kenya en Afrique de l'Est et du Rwanda dans la région des Grands Lacs. Sans détour, le représentant du Président Patrice TALON a insisté sur la gestion transparente et rigoureuse de l'institution afin de renforcer sa crédibilité aux plans national, régional et international.

Les travaux ont pris fin dans la même journée avec à la clé plusieurs propositions et recommandations pertinentes visant la bonne santé de l'Organisation panafricaine.

 

PFCom / MIC