La Ministre béninoise de l’Industrie et du Commerce, Mme Alimatou Shadiya ASSOUMAN et son homologue français Becht Olivier étaient dans la matinée de ce mercredi 27 juillet 2022 en visite de travail sur le site de la Zone Industrielle de Glo-Djigbé. Cette

Le dynamisme de cette zone économique qui se développe de jour en jour a véritablement impressionné le Ministre français et la forte délégation d’investisseurs qui l’accompagnait pour la circonstance.

Après un tête-à-tête qui leur a permis d’échanger d’abord sur des questions relatives au développement des secteurs industriel et commercial, les deux personnalités ont pris le départ de Cotonou pour la Zone Industrielle de Glo-Djigbé, où les attendaient les cadres de l’Agence de Promotion des Investissements et des Exportations et du Ministère de l’industrie et du Commerce.

Sur le site, la Ministre béninoise et son hôte de la France, avec la forte délégation d’investisseurs français ont eu d’abord une importante séance de travail. Occasion pour le Directeur Général de l’APIEx de présenter tous les contours de ce joyau économique pensé par le régime de la rupture pour dynamiser les exportations et promouvoir la destination Bénin pour les Investissements.

Des infrastructures aux différentes unités de production déjà installées en passant par les avantages d’investissements qu’offre le site, c’est à l’exposition d’une fiche complète qu’a eu droit la délégation française, déjà sidérée par une puissante machine économique en construction. Elle le sera davantage devant la maquette de la Zone industrielle qui n’était en fait qu’un avant-gout de ce qui allait suivre cette étape.

« Sur une superficie de 1640 hectares dont 400 hectares aménagés pour la première phase avec plus de 32 investisseurs qui ont déjà signés, la Zone Industrielle de Glo-Djigbé vise à promouvoir et attirer les investisseurs de type agricole, industriel, commerciale et de services ; inciter l'investissement direct, béninois et étranger ; favoriser le développement des productions et des ressources naturelles nationales; développer les industries de fabrication des produits de première, deuxième et troisième transformations; accroître la compétitivité des produits « Made in Bénin » et favoriser la création d'emplois.» ont indiqué les présentateurs.

Mme Alimatou Shadiya ASSOUMAN a convié son homologue et sa suite à la découverte du concret, à travers la visite de plusieurs unités de production déjà opérationnelles sur la plateforme.

Becht Olivier s’est dit très impressionné par le dynamisme qui se dégage de cette nouvelle zone d’activités économiques.

« Je vois que cette zone d’activités ici offre d’énormes potentiels, je souhaite que de nombreuses entreprises françaises viennent s’y installer et investir pour pouvoir bénéficier aussi de cette opportunité… » a laissé entendre le Ministre français. Celui-ci regrette que son pays soit absent de la première phase, mais il y a deux autres phases pour lui permettre de se relancer, se persuade-t-il.

 « Je souhaite que dès la phase 2 nous ayons des entreprises qui s’y installent. Certaines sont déjà venues avec moi aujourd’hui et ont touché du doigt la réalité », a avancé Becht Olivier.

 Il a, pour finir pris l’engagement de monter deux missions économiques, dont la première d’ores et déjà prévue d’ici la fin de cette année 2022, pour que son homologue du Bénin et ses collaborateurs puissent aller présenter cette zone économique aux investisseurs français.

« Je suis certain que les investisseurs français viendront à leur tour au Bénin voir de leurs propres yeux ce que nous avons vu aujourd’hui, c’est-à-dire le miracle économique qui est en train de se produire, à la fois dans l’aménagement mais surtout dans le dynamisme de l’implantation des entreprises », a conclu le Ministre français.

Mme Alimatou Shadiya ASSOUMAN se réjouit de cet engagement de son homologue. Elle a commencé par le remercier pour avoir pris du temps lors de cette visite pour apprécier et encourager ce qu’il a vu.

« Comme il l’a dit, cela va continuer sur cet engagement que nous avons pris de pouvoir améliorer la présence sur la plateforme en terme d’installation d’entreprises de la France, puis qu’il faut savoir que les entreprises françaises contribuent beaucoup à sa mise en place en tant qu’entreprises fournisseurs. Désormais, on va les avoir en tant qu’entreprises clientes. », se félicite-t-elle. « Tout ce qui se développe ici est impressionnant, ça va très vite et ça ira encore plus vite puisque, après les 400 premiers hectares, 1200 sont en train d’être aménagés et seront disponibles d’ici la fin de l’année », a ajouté la Ministre de l’Industrie et du commerce. Pour elle, la dynamique en cours dans le sens de l'industrialisation de notre pays va se poursuivre grâce à la volonté et à la détermination du Président Patrice TALON.

 

PFCom.