SESSION EXTRAORDINAIRE DE LA COMMISSION PERMANENTE D’APPROVISIONNEMENT EN FACTEUR DE PRODUCTION, DE COMMERCIALISATION DES PRODUITS AGRICOLES ET DU COMMERCE GENERAL

Les acteurs de la filière cajou proposent des approches de solution aux difficultés du secteur

Suite aux difficultés rencontrées par les acteurs de la filière cajou relatives à l’application du prix plancher fixé par le Gouvernement, la Commission Permanente d’Approvisionnement en Facteur de Production, de Commercialisation des Produits Agricoles et du Commerce Général, élargie aux représentants des producteurs, acheteurs, transformateurs, acheteurs et négociants de produits agricoles, a tenu une session extraordinaire le mardi 07 juin 2019 dans la Salle VIP du Ministère de l’Industrie et du Commerce. Cette rencontre a connu la participation effective de plusieurs structures opérant dans le secteur d'approvisionnement en facteur de production, de commercialisation des produits agricoles et du commerce général. L’objectif de cette séance est de trouver des approches de solution afin de pallier aux diverses difficultés auxquelles ces différents maillons de la filière anacarde se trouvent confrontés au cours de cette campagne de commercialisation. Elle s’est déroulée en trois (03) principales phases à savoir : la cérémonie d’ouverture, le déroulement des travaux et les approches de solution. La première phase qu'est la cérémonie d’ouverture a été marquée par quatre interventions majeures : le mot de bienvenue de Monsieur Jean Bernard FAVI, Directeur Général du Commerce ; le mot du Monsieur Aténi ATCHADE, Président de l’Interprofession de la Filière Anacarde du Bénin (IFA-BENIN) ; le mot de bienvenue Monsieur Bonaventure KOUAKANOU, Directeur de Cabinet du Ministre de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche et l'allocution de Monsieur Philéas PATINVO, Directeur de Cabinet du Ministre de l’Industrie et du Commerce.

Après la cérémonie d’ouverture, le présidium est resté sur place pour la conduite des travaux. Il est présidé par le Directeur de Cabinet du MAEP.

Abordant la seconde phase qu'est le déroulement des travaux, le président de la séance a invité le Président de l’IFA-BENIN à présenter à l’assistance les difficultés auxquelles les acteurs de la filière sont confrontés du fait de l’application du prix plancher fixé par le Gouvernement.

Il ressort de l’intervention de Monsieur Aténi ATCHADA, que le 04 avril 2019, la chaîne de la télévision nationale ORTB, a saisi l’interprofession de ce qu’elle aurait appris que les noix d'acajou se cèdent en deçà du prix plancher fixé par le Gouvernement. Et, cette information a été confirmée par la Fédération Nationale des Producteurs de l’Anacarde du Bénin (FENAPAB). Entre autres difficultés on peut noter : la mauvaise qualité des noix ; le manque d’accompagnement aux producteurs, le taux du prélèvement opéré sur les exportations de noix de cajou ; le manque de règlementation dans la commercialisation des produits de cajou et l’accès aux financements des acteurs... Pour permettre à l’assistance d’apporter des approches de solution à ces différents problèmes, deux communications ont été présentées. La première communication qui porte sur l'évaluation du prix plancher des noix de cajou a été présentée par Monsieur Siaka KODJO de l’Agence Territoriale du Développement Agricole (ATDA) Pole 4. Il ressort de cette communication : le point à mi-parcours de la commercialisation des noix de cajou ( Au 30 avril 2019, le point des ventes par le système de ventes groupées s’élève à 1.998 tonnes et  15.830 par autres circuits de vente soit un total de 17.828 tonnes ) ; la situation de la qualité des noix vendues dans la sous-région ( le KOR se présente comme suit : Bénin (45-47), Nigéria (43-46), Ghana (46-47), Sénégal (50-52) et Gambie (50-52) ; les coûts de production des noix par département ( Borgou-Alibori 300, Zou-Collines 350 et Atacora-Donga 325 ) et les prix de vente qui ont évolué de 427 à 299 en passant par 199 FCFA au Bénin. Quant à la deuxième communication, elle porte sur le marché de l’anacarde : Situation globale. Elle est présentée par Monsieur James OBAROWSKI, Directeur Pays TECHNOSERVE. Lors de son développement, le présentateur a précisé les points importants à savoir : la baisse du prix des noix de cajou qui est due à l’offre qui est largement supérieur à la demande du fait des produits résiduels de l’année dernière qui se trouvent encore en stock ; la perte de qualité des noix de cajou ; les différentes politiques pratiquées par les pays de la sous-région pour accompagner les acteurs ; le prix des amandes qui est également en baisse dans le monde entier et les usines qui n’arrivent pas à atteindre leur capacité de production.

Ces deux communications ont permis à l’assistance de comprendre les sources réelles de cette situation et aussi de mieux cerner la situation de cette campagne de commercialisation des noix de cajou. La troisième phase qu'est l'approche de solution a permis aux acteurs du secteur de faire des propositions pouvant permettre de finir avec ces difficultés. En effet, au terme des présentations et débats, les propositions ont été formulées à court terme et à moyen terme. A court terme, il a été proposé : le renforcement de la capacité financière actuelle des usines locales ; mise à disposition des transformateurs des noix de cajou par un système de contractualisation et la veille permanente à la prise des décrets organisant la commercialisation des noix de cajou au Bénin. A moyen et long terme, l'on doit voir la possibilité de ne plus fixer un prix plancher ; développer les plants qui peuvent résister au changement climatique ; maintenir le niveau de la qualité et surtout mettre en place un système de gestion des informations. Il convient de noter que l'assistance a été très satisfaite de cette session extraordinaire qui a fait la lumière sur les difficultés rencontrées dans le secteur de cajou et qui a permis également de faire des propositions pour pallier à ses difficultés.

Point Focal Communication du MIC